Naître de nouveau

Jean 3:1-7

Il y avait un homme, d’entre les Pharisiens, nommé Nicodème, l’un des principaux Juifs. Cet homme vint, de nuit, trouver Jésus et lui dit: Maître, nous savons que tu es un docteur venu de la part de Dieu; car personne ne saurait faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te dis, que si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le ventre de sa mère, et naître une seconde fois? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te dis, que si un homme ne naît d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit. Ne t’étonne point de ce que je t’ai dit: Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est de même de tout homme qui est né de l’esprit.

Au début de ma vie chrétienne, la mort au péché n’était pas un sujet auquel je m’intéressais beaucoup. Je regardais plutôt comment Dieu pouvait me faire grandir, comment être bénie, comment bien prier, comment entendre sa voix … bref, comment être un « bon chrétien ». La mort au péché, c’était un peu pour moi un concept théologique un peu lointain, et de toutes façons, je savais bien qu’il ne fallait pas pécher et je faisais tous les efforts pour obéir au mieux à sa Parole. Je ne me sentais donc pas vraiment concernée, ou plutôt, je considérais que c’était déjà fait, puisque je savais qu’il ne fallait pas pécher. Même topo pour la sanctification. Finalement, n’était-ce pas déjà ce que j’essayais de faire en lisant la Bible et en essayant d’obéir ?

Ce n’est qu’en me plongeant dans la Parole que j’ai compris combien mourir au péché était indispensable : le 1er pas avant toute chose, sinon on bâtit sur d’anciennes fondations.

Matthieu 9:16-17

Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit ; parce que la pièce emporterait une partie de l’habit, et la déchirure en serait pire.On ne met pas non plus le vin nouveau dans de vieux vaisseaux ; autrement les vaisseaux se rompent, le vin se répand, et les vaisseaux sont perdus ; mais on met le vin nouveau dans des vaisseau neufs, et l’un et l’autre se conservent.

Ce n’est qu’à partir du moment où Dieu a touché mon coeur et que j’ai compris ce que signifiait naître de nouveau que j’ai pu connaître cette paix qu’Il avait promise. Mourir au péché, c’est mourir. Mourir, ce n’est pas être à moitié blessé, ce n’est pas juste l’abandon de nos plus gros péchés, c’est laisser derrière nous tous nos péchés, cloués à la croix. Ce qui m’a aveuglé depuis tout ce temps où je n’avais pas compris, c’est que je pensais que ce que je faisais pouvait suffire. Si je ne péchais pas trop dans la journée, alors, ouf, je me sentais bien. Si je péchais, alors, il fallait que je demande pardon, mais je n’étais pas toujours en paix par rapport à ce que j’avais fait, et je me sentais toujours obligé de redemander pardon pour la même chose. Au fond, je demandais pardon en pensant tout de même qu’il était possible que je pèche à nouveau. Et si je sais que je pèche mais que je continue, alors je ne suis pas vraiment morte au péché et que je ne vis pas encore par Jésus. Dans ma marche chrétienne, je devais sûrement avoir l’air d’une boiteuse qui n’est jamais guérie. Finalement, j’étais encore esclave du péché.

Romains 6:3-14

Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous avons été baptisés en sa mort? Nous sommes donc ensevelis avec lui en sa mort, par le baptême, afin que comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous aussi marchions dans une vie nouvelle. Car, si nous avons été faits une même plante avec lui, par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection; Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, et que nous ne fussions plus asservis au péché. Car celui qui est mort, est affranchi du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, Sachant que Christ, étant ressuscité des morts, ne meurt plus, et que la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car s’il est mort, il est mort une seule fois pour le péché; mais maintenant qu’il est vivant, il est vivant pour Dieu. Vous aussi, mettez-vous bien dans l’esprit que vous êtes morts au péché, et que vous vivez à Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, pour lui obéir en ses convoitises; Et ne livrez point vos membres au péché, pour servir d’instruments d’iniquité; mais donnez-vous à Dieu, comme étant devenus vivants, de morts que vous étiez, et consacrez vos membres à Dieu, pour être des instruments de justice. Car le péché n’aura point de domination sur vous, parce que vous n’êtes point sous la loi, mais sous la grâce.
Dès lors que j’ai vraiment compris et accepté cette nouvelle naissance, Dieu a fait la révolution dans ma vie. Dès que j’ai compris l’acte capital d’avoir tout abandonné à la croix, dès que j’ai compris que tous mes péchés étaient maintenant ensevelis, de l’histoire ancienne, et que j’ai compris ce renoncement à soi et cette nouvelle vie en Jésus, je suis devenue une nouvelle créature. Tant de choses qui me paraissaient obscures ou insignifiantes ont pris tout leur sens. Et bien plus que ça, je ne vis plus aujourd’hui sous la condamnation mais je vis aujourd’hui sa liberté. Savoir si telle chose est un péché ou non est important, mais ce n’est pas ce qui me fait avancer : par contre, je sais que si j’agis selon les directives de mon Père, à son écoute, Il me conduira. Je me trompe encore bien des fois, mais Dieu me corrige. J’avance, et c’est vrai que je tombe, mais je ne peux pas rester prisonnier des péchés que le Saint-Esprit me révèle. C’est incompatible avec ma nouvelle nature.
Romains 8:1-11
Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’esprit; Parce que la loi de l’esprit de vie qui est en Jésus-Christ, m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car ce qui était impossible à la loi, à cause qu’elle était faible dans la chair, Dieu l’a fait, en envoyant son propre Fils dans une chair semblable à celle des hommes pécheurs, et pour le péché, et il a condamné le péché dans la chair; Afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. Car ceux qui sont conduits par la chair, s’affectionnent aux choses de la chair; mais ceux qui sont conduits par l’esprit, s’affectionnent aux choses de l’esprit. Car l’affection de la chair donne la mort; mais l’affection de l’esprit produit la vie et la paix; Parce que l’affection de la chair est ennemie de Dieu; car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu; et aussi elle ne le peut. C’est pourquoi ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu. Or, vous n’êtes point dans la chair, mais vous êtes dans l’esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite en vous; mais si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, il n’est point à lui. Et si Christ est en vous, le corps est bien mort à cause du péché, mais l’Esprit est vivant à cause de la justice. Si donc l’esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts, habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous.
Aujourd’hui, ce qui est important pour moi, c’est de plaire à mon Dieu. Si le Saint Esprit en moi est attristé, je ne me sens pas bien et je ne peux pas rester dans cet état. Ce n’est plus une histoire de pécher ou pas pécher, ou d’être encore sous le régime de la loi. Je suis libre, dès l’instant où j’ai su que Jésus avait tout payé. Mais aujourd’hui, c’est une histoire de sanctification.
Hébreux 12:12-15
Fortifiez donc vos mains qui sont affaiblies, et vos genoux qui sont relâchés; Et faites à vos pieds un chemin droit, afin que ce qui cloche ne se dévoie pas tout à fait, mais que plutôt il se rétablisse. Recherchez la paix avec tout le monde, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur; Prenant garde que personne ne se prive de la grâce de Dieu; et que quelque racine d’amertume poussant en haut, ne sous trouble, et que plusieurs n’en soient infectés.
1 Thessaloniciens 4:1-5
Au reste, mes frères, nous vous prions et nous vous conjurons par le Seigneur Jésus, que, comme vous avez appris de nous de quelle manière il faut vous conduire pour plaire à Dieu, vous abondiez en cela de plus en plus.Vous savez quels sont les commandements que nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus; Et c’est ici la volonté de Dieu, savoir, votre sanctification, et que vous vous absteniez de la fornication; En sorte que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et dans l’honnêteté, Sans jamais vous livrer à des passions infâmes, comme font les Gentils, qui ne connaissent point Dieu.
Connaître Dieu, connaître son coeur, être à son écoute. Pas un Dieu que m’aurait raconté tel frère ou enseignant. Mais connaître Dieu à partir de ce que Lui-même dit de Lui, dans sa Parole. Connaître le Jésus de la Bible, pas seulement le Jésus qui me convient bien, mais Jésus, le vrai. Prendre au sérieux toute sa Parole et le chercher avec un coeur honnête.

1 Corinthiens 5:17-19

Si donc quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature; les choses vieilles sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Jésus-Christ, et qui nous a confié le ministère de cette réconciliation.Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec soi, en ne leur imputant point leurs péchés; et il a mis en nous la parole de la réconciliation.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *