Réveillée ?

Selon Marc 8:22-26

Ils arrivent à Bethsaïda ; on lui amène un aveugle, et on le supplie de le toucher de la main. Il prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village ; puis il lui cracha sur les yeux et lui imposa les mains, en lui demandant : Vois-tu quelque chose ? Il ouvrait les yeux et disait : Je vois des gens ; je les vois comme des arbres, mais ils marchent. Il lui remit les mains sur les yeux ; quand l’aveugle rouvrit grand les yeux, il était rétabli et voyait tout distinctement. Alors il le renvoya chez lui, en disant : Ne rentre même pas au village.

Parfois, on croit qu’on est réveillé… et pourtant on somnole ou on dort encore. Ou du moins, on voit quelque chose mais tout est encore déformé. Cela me rappelle quand je rêve que je me réveille mais que ce réveil fait justement parti de mon rêve. Ou quand je ne mets pas mes lunettes, et franchement, je ne vois pas trop mal, mais quand je les mets, finalement, je me rends compte que je ne voyais pas si bien que ça …

Veiller, ouvrir les yeux et les garder ouverts. Avant, j’étais persuadée que j’allais faire une expérience hors du commun (et je la vis aujourd’hui, mais ce n’est pas à cela que je pensais à l’époque) et que Jésus allait « se manifester » (encore une fois, aujourd’hui, Jésus se manifeste à moi, mais ce n’est pas exactement le sens du mot que je lui donnais avant). Alors, je cherchais de toutes MES forces, j’essayais de comprendre plein de trucs, des prédications, des livres, des articles, j’en lisais tellement… hélas, peut-être plus que la Bible. Malgré cette recherche effrénée et, je dois l’avouer, quelques complaintes à notre Dieu, j’avais toujours l’impression de rester sur ma faim.

Selon Jean 14:21

Celui qui m’aime, c’est celui qui a mes commandements et qui les garde. Or celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui.

Mais Dieu a permis que mes yeux s’ouvrent. Alléluia ! Gloire à Dieu ! Je commençais à mieux le connaître car Dieu se fait connaître, Il se manifeste. Je commençais à pouvoir dire, par la foi, que Dieu me parle. On s’est déjà moqué de moi lorsque j’ai confié des paroles que Dieu avaient mis sur mon cœur. Les gens (je parle de ceux qui disent qu’ils croient) peuvent être incrédules si je commence une phrase par « Dieu m’a dit » ou « Dieu m’a révélé », … cela me rend triste car je me rends compte que les gens ne croient en fait pas que Dieu parle. Bien sûr, je ne suis pas obligée de commencer toutes mes phrases par « Dieu m’a dit » (et d’ailleurs, je ne le fais pas), mais pourtant, c’est vraiment Dieu qui me parle à chaque fois. Si les gens ne croient pas que Dieu ME parle, ce n’est pas grave, je ne cherche pas le reconnaissance des hommes, mais par contre, s’ils ne croient pas que Dieu parle, cela me rend vraiment triste surtout s’ils disent qu’ils croient la parole de Dieu.

Esaïe 29:13

Le Seigneur dit : Ainsi, quand ce peuple s’approche de moi, il me glorifie de la bouche et des lèvres, mais son cœur est loin de moi, et la crainte qu’il a de moi n’est qu’un commandement appris des hommes.

Quand Dieu a ouvert mes oreilles à sa voix (encore une fois, loué soit Dieu ! c’est vraiment une grâce qu’Il nous fait), Il est enfin entré en scène dans ma vie. Dieu était déjà là dans ma vie d’avant. J’entendais son murmure mais sa voix était plutôt étouffée par un tas de choses dans ma vie comme la semence tombée dans les épines : les raisonnements, l’orgueil, la connaissance, la religiosité, … Dieu me touchait même, je lui parlais, mais cela ressemblait beaucoup à des aller-retour, des RDV, certes de qualité et en quantité je pense non négligeable tout au long de la journée, mais cela restait toujours des temps limités.  Aujourd’hui, nous avons franchi la barrière du temps (hé, n’est-ce pas là, la vie éternelle ?).

Luc 24:45

Alors il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Ecritures.

Selon Jean 17:3

– Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. –

1 Thessaloniciens 5-17-24

Soyez toujours joyeux.  Priez sans cesse,  exprimez votre reconnaissance en toute circonstance, car c’est la volonté de Dieu pour vous en Jésus-Christ.  N’éteignez pas l’Esprit,  ne méprisez pas les prophéties,  mais examinez tout et retenez ce qui est bon.  Abstenez-vous de toute forme de mal. Que le Dieu de la paix vous conduise lui-même à une sainteté totale et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irréprochable lors du retour de notre Seigneur Jésus-Christ!  Celui qui vous appelle est fidèle, c’est aussi lui qui le fera.

Aujourd’hui, c’est son Esprit qui est en moi et en toute chose, chaque détail est passé au scanner de sa volonté. Ce n’est pas moi qui choisis de les passer au scanner, son Esprit est vivant en moi et m’interpelle pour tout. Merci Seigneur car tu m’as scellée, je t’appartiens et tu me donnes l’assurance que ton Esprit habite en moi !

Première aux Corinthiens 2:6-16

Cependant, c’est bien une sagesse que nous énonçons parmi les gens « accomplis » : une sagesse qui n’est pas de ce monde ni des princes de ce monde, qui doivent être réduits à rien ; nous énonçons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, celle que Dieu a destinée d’avance, depuis toujours, à notre gloire ; aucun des princes de ce monde ne l’a connue, car s’ils l’avaient connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur glorieux. Mais c’est, comme il est écrit,  ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu,  et ce qui n’est pas venu au cœur de l’homme,  ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment .    Or c’est à nous que Dieu l’a révélé par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Qui donc, parmi les humains, sait ce qui relève de l’humain, sinon l’esprit de l’humain qui est en lui ? De même, personne ne connaît ce qui relève de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu. Or nous, ce n’est pas l’esprit du monde que nous avons reçu, mais l’Esprit qui vient de Dieu, pour que nous sachions ce que Dieu nous a donné par grâce. Et nous en parlons, non avec les discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, en associant le spirituel au spirituel. Mais l’homme naturel n’accueille pas ce qui relève de l’Esprit de Dieu, car c’est une folie pour lui ; il ne peut pas connaître cela, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’être spirituel, lui, juge de tout, tandis que lui-même n’est jugé par personne. En effet, qui a connu la pensée du Seigneur, pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée du Christ.

Ephésiens 1:3-14

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!  En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,  nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,  à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé.  En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce,  que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence,  nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même,  pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.  En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté,  afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ.  En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,  lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire.

Voir aussi :

Laisser un commentaire