La musique

Concernant la musique, celle qu’on écoute ou celle qu’on chante et joue, je suis reconnaissante au Seigneur car Il a permis que nous fassions le tri de ce qui entre dans nos oreilles et qui sort de notre bouche. Cela nous vaudra peut être quelques incompréhensions et de nombreuses moqueries, mais n’est ce pas une grâce d’être rejeté au nom du Seigneur ? Je pense qu’il faut que nous restions très vigilants sur ce point là car il est tellement facile de retomber dans la glorification de la technique ou encore la récitation de paroles qui ne viennent pas du cœur. Il est aussi facile de se retrouver à idolâtrer tel ou tel artiste : aussi inspiré soit-il (et gloire à Dieu pour les talents qu’Il a accordé à certaines personnes), il ne faut pas se retrouver à être focalisé sur lui.
La musique que nous écoutons ou chantons est-elle inspirée par l’Esprit ? Est-elle tournée vers Jésus ou vers nous-mêmes ? Louons-nous Dieu, la technique, l’émotion ? Une parenthèse par rapport à l’émotion : je pense que Dieu peut nous toucher jusqu’aux larmes, mais par contre, les larmes ne sont pas forcément le signe que Dieu nous touche. Parfois, je pense que j’ai pleuré centré sur moi-même, sur mon histoire (ou peut être même parce que la musique était trop belle …) et non pas les yeux fixés sur la croix. Par nos chants, glorifions-nous le Créateur ou la créature ? Je prie pour que de notre bouche ne sortent que de l’eau douce et que nous ne prononcions jamais le nom de notre Dieu en vain.

Romains 1:25 BDS
Oui, ils ont délibérément échangé la vérité concernant Dieu contre le mensonge, ils ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, lui qui est loué éternellement. Amen !
Pour ce qui est de nos participations musicales à divers événements auxquels nous pouvons être invités, je ne me sens pas (encore ?) appelée à témoigner de cette façon. Toutefois, je reste un instrument du Seigneur et je suis prête à ce qu’Il m’utilise comme Il le souhaite. Par rapport, à nos interventions en groupe, je pense que certains sont appelés à témoigner devant les foules et Dieu m’a appris que je devais aussi mettre à disposition de mes frères et sœurs mes « talents ».
Luc 19:20-23 BDS
Finalement, un autre vint et dit : « Seigneur, voici ta pièce d’or ; je l’ai gardée enveloppée dans un mouchoir. En effet, j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère ; tu retires de l’argent que tu n’as pas placé, tu moissonnes ce que tu n’as pas semé. »  « Vaurien ! dit le maître, tu viens de prononcer ta propre condamnation. Tu savais que je suis un homme sévère, qui retire de l’argent que je n’ai pas placé et qui moissonne ce que je n’ai pas semé. Pourquoi alors n’as-tu pas déposé mon argent à la banque ? A mon retour, je l’aurais retiré avec les intérêts. »
Dans la parabole précédente (que vous avez bien sûr relue car vous ne prenez pas chaque verset que je cite sans avoir regarder son contexte) , je préférerais être l’un de ceux qui a fait doubler son don initial; mais voilà,  ce n’est pas toujours le cas. Il y en qui savent générer des intérêts avec les talents des autres (« la banque »). Alors, est-ce que j’enterre ce que je pense savoir faire bien profond dans la terre ou est-ce que Dieu ne me demande pas parfois de me mettre à disposition pour permettre à d’autres de faire la mission à laquelle ils ont été appelés ? Bien sûr, cela ne m’empêche pas de faire doubler les autres talents que Dieu m’a donnés.
Dieu m’a également demandé de rester dans la prière et dit que parfois, je serai amenée à faire partie de ceux qui montent la garde (peut être parmi les personnes qui ne contribuent pas visiblement à l’œuvre mais dont la responsabilité est tout aussi grande) et parfois de ceux qui construisent : mais toujours l’épée à la taille !
Néhémie 4:10-12 NBS
A partir de ce jour-là, la moitié de mes serviteurs travaillait à l’ouvrage, et l’autre moitié tenait les lances, les boucliers, les arcs et les cuirasses. Les chefs étaient derrière toute la maison de Juda. Ceux qui bâtissaient la muraille et ceux qui portaient ou chargeaient les fardeaux travaillaient d’une main et tenaient l’arme de l’autre ; les bâtisseurs avaient chacun son épée à la ceinture, et ils bâtissaient ainsi. Celui qui sonnait de la trompe se tenait près de moi.
 
Aux Ephésiens 6:10-20 NBS
Au reste, soyez puissants dans le Seigneur, par sa force souveraine. Revêtez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir bon devant les manœuvres du diable. En effet, ce n’est pas contre le sang et la chair que nous luttons, mais contre les principats, contre les autorités, contre les pouvoirs de ce monde de ténèbres, contre les puissances spirituelles mauvaises qui sont dans les lieux célestes. Prenez donc toutes les armes de Dieu, afin que vous puissiez résister dans le jour mauvais et, après avoir tout mis en œuvre, tenir bon. Oui, tenez bon : ceignez vos reins de vérité et revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussures à vos pieds les bonnes dispositions que donne la bonne nouvelle de la paix ; prenez, en toutes circonstances, le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais ; prenez aussi le casque du salut et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu.    Priez en tout temps par l’Esprit, avec toutes sortes de prières et de supplications. Pour ce faire, restez éveillés et consacrez-vous toujours assidûment à supplier pour tous les saints ; pour moi aussi, afin que la parole, quand j’ouvre la bouche, me soit donnée pour que je fasse connaître, avec assurance, le mystère de la bonne nouvelle, pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes ; que j’en parle avec assurance comme je dois en parler.

Laisser un commentaire