Mes intérêts

Les concerts, spectacles,  activités en tout genre… voilà bien des choses desquelles j’aimerais bien m’éloigner. Non pas que je pense qu’il soit mauvais de chanter, mais j’ai le sentiment qu’aujourd’hui ce genre d’initiative a pris des allures d’événements centrés sur les compétences de l’homme en oubliant souvent l’essentiel : Jésus.  Certes, on en parle, on le chante mais proclamons nous vraiment le message de la croix ? L’écueil lorsque l’on est entre chrétiens est de parfois oublier ce qui fait de nous des enfants du Seigneur. Heureusement,  et gloire à Dieu, tous les événements ne se déroulent pas toujours de la même manière et Dieu ne manque aucune occasion pour toucher les coeurs. C’est ce qu’Il m’a appris lors d’un de ces événements auquel j’ai récemment assisté.

« Tu veux pas chanter avec nous stp ? » Euh… honnêtement,  le coeur n’y était pas mais comment refuser sans froisser les gens ? Comme je n’étais pas en paix, j’ai senti que Dieu attendait quelque chose de moi pour cet événement (et d’ailleurs,  j’en suis maintenant convaincue, pour bien des choses dans cette assemblée encore). Fallait-il aller à l’encontre de mes principes,  des convictions que Dieu avait mis dans mon coeur ? Dieu a rapidement répondu à mes questionnements. Ce qu’il y avait dans mon coeur était centré sur mes intérêts et n’avait rien à voir avec les plans de Dieu pour les personnes qui m’entouraient alors. Je ne voyais que de sépulcres blanchis à l’intérieur plein de pourriture (j’ai vraiment des mots difficiles, mais je les dis tels qu’ils sont venus dans mon cœur, même si finalement, je me rends compte que ces mots n’avaient rien à voir avec la pensée du Seigneur pour cette situation – selon Matthieu 23) ? Est-ce que je dois vraiment chanter, pour chanter (non) ? Est-ce que je dois m’associer à des personnes qui ne croient pas ce qu’ils disent ? …

Quand je vous dis que Dieu parle, voici les paroles qui sont venus sur mon coeur suite à ma prière : Qui es-tu, toi, pour juger le domestique d’autrui ? Toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Dieu m’a alors fait méditer Romains 14 encore une fois … mais Dieu révèle toujours de nouvelles choses, n’est ce pas le Créateur ? Pleine de mauvaises pensées que j’étais (et merci Seigneur car Tu pardonnes tes enfants qui confessent leurs fautes), je ne pensais même pas que toutes ces personnes pouvaient être mes frères. Il m’a aussi parlé au travers de la parabole du publicain et du pharisien (Luc 18:9-14) : qui se croit juste et méprise les autres ? Oui, mon intelligence savait que Dieu aime les hommes,  et que donc, Il aimait aussi cette assemblée et toutes les personnes qui allaient participer à ce spectacle. Mais mon coeur ne croyait pas en cet amour pour eux. Tous ces gens qui s’activent pour faire en sorte que la fête soit réussie mais qui ne prennent pas le temps de prier ensemble, de s’asseoir au pied du Maître, cela me hérissait les poils. Mais, alors que je vois là une oeuvre stérile,  qui ne porte aucun fruit, eux sont persuadés de le faire pour le Seigneur. Alors, quoi faire ?

Aux Ephésiens 5:10-11 NBS
Sachez discerner ce qui est agréé du Seigneur ; et ne vous associez pas aux œuvres stériles des ténèbres, mais plutôt dévoilez-les.

… dévoilez-les. Oups, j’avais oublié cette partie. Moi qui comptais simplement les laisser se débrouiller en me disant que c’était désespéré pour eux…Est-ce vraiment l’amour du Seigneur qui était dans mon coeur ? Dieu nous appelle à l’amour, mais Il nous appelle aussi à être des lumières,  des sentinelles,  lorsque l’Esprit nous convainc de certaines choses par rapport à une situation,  est ce pour le garder pour nous ? Ne rien leur dire, ce serait manquer d’amour. Ne pas participer, ce pourrait être un contre-témoignage. Participer, cela va à l’encontre de mes convictions… Alors, mes convictions, j’en fais quoi ?

Considère le besoin des autres comme étant supérieur aux tiens. Qu’est-ce qui est le mieux pour mon royaume ?
Aux Philippiens 1:21-26 NBS
Car, pour moi, la vie, c’est le Christ, et la mort est un gain. Toutefois, s’il est utile pour mon œuvre que je continue à vivre dans la chair, je ne sais que préférer. Je suis enfermé dans ce dilemme : j’ai le désir de m’en aller et d’être avec le Christ, ce qui serait, de beaucoup, le meilleur ; mais, à cause de vous, il est plus nécessaire que je demeure dans la chair. J’en suis persuadé, je le sais, je demeurerai auprès de vous tous encore et encore, en vue de vos progrès et de votre joie dans la foi, pour que vous soyez toujours plus fiers de Jésus-Christ en moi, grâce à mon retour auprès de vous.

Le meilleur pour moi, cela aurait été une assemblée qui brûle d’amour pour le Seigneur,  être au milieu de pierres vivantes qui s’édifient entre elles, voir des personnes attachées à la Vérité… (et merci Seigneur car ton Eglise ne se limite pas à notre assemblée locale mais que Tu nous permets aussi de la voir au travers des frères et soeurs qui sont plus éloignés). Ça,  c’est le meilleur à mes yeux … le confort quoi.  Et le plan de Dieu, c’est quoi ?

Que chacun, au lieu de regarder à ce qui lui est propre, s’intéresse plutôt aux autres.    Ayez entre vous les dispositions qui sont en Jésus-Christ.
Aux Philippiens 2:1-11 NBS
S’il y a donc quelque encouragement dans le Christ, s’il y a quelque réconfort de l’amour, s’il y a quelque communion de l’Esprit, s’il y a quelque tendresse et quelque magnanimité, comblez ma joie en étant bien d’accord ; ayez un même amour, une même âme, une seule pensée ; ne faites rien par ambition personnelle ni par vanité ; avec humilité, au contraire, estimez les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun, au lieu de regarder à ce qui lui est propre, s’intéresse plutôt aux autres.    Ayez entre vous les dispositions qui sont en Jésus-Christ :    lui qui était vraiment divin, il ne s’est pas prévalu d’un rang d’égalité avec Dieu,    mais il s’est vidé de lui-même en se faisant vraiment esclave, en devenant semblable aux humains ; reconnu à son aspect comme humain,    il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort – la mort sur la croix.    C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et lui a accordé le nom qui est au-dessus de tout nom,    pour qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,    et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur à la gloire de Dieu, le Père.

Ce texte m’a vraiment touché dans cette situation car si Jésus avait eu les mêmes pensées que moi,  où serions-nous aujourd’hui ? Si Jésus n’avait pas voulu venir chercher les pécheurs que nous sommes et mourir à notre place ? Dieu se fait homme, si ça c’est pas de l’amour…
Aujourd’hui,  Dieu nous a placé ici pour un temps indéterminé. Je ne sais pas ce qu’Il a prévu mais Il ne tarde jamais à se révéler à son peuple. Puissions-nous être à son écoute pleinement et déjouer les ruses du diable, qui enrage de voir encore des personnes se réveillaient. Aujourd’hui,  j’accepte cette situation et que le Père puisse encore attiré des personnes à Lui. S’Il choisit de nous utiliser, aussi imparfaits que nous sommes, que le gloire lui revienne à Lui seul !

Une réflexion sur « Mes intérêts »

Laisser un commentaire