Ce que Jésus aurait dû faire…

J’aime relire l’Évangile. Cela me rappelle comment Jésus a vécu ici bas. C’est aussi une façon pour moi d’aller à nouveau à la rencontre de ce Dieu que je crois connaître mais qui n’arrête pas de me surprendre. Dernièrement, j’ai été frappée par cette quasi-constante opposition entre Jésus et les «spécialistes de la loi». J’ai déjà parlé précédemment de notre tendance à parfois devenir extrêmes dans nos décisions quitte à en oublier l’amour. C’est assez bizarre quand on pense que celui qui accomplit le premier commandement le plus important (aimer Dieu) et le 2ème qui lui est équivalent (aimer son prochain) accomplit toute la loi.

«Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?» Jésus lui répondit: « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée .  C’est le premier commandement et le plus grand. Et voici le deuxième, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même .  De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.»
Matthieu 22:36‭-‬40
En voulant plaire au mieux à Dieu, comment est-ce possible de pouvoir être aussi cette pierre d’achoppement pour nos frères ? En fonctionnant en mode robot, en se limitant à  « faire ce qu’on doit faire » (même si c’est juste).

Il n’est pas juste de prendre le pain des enfants

Et une femme Cananéenne, qui venait de ces quartiers-là, s’écria et lui dit : Seigneur, fils de David, aie pitié de moi ; ma fille est misérablement tourmentée par le démon. Mais il ne lui répondit rien. Sur quoi ses disciples, s’étant approchés, le prièrent, disant : Renvoie-la ; car elle crie après nous. Et il répondit : Je ne suis envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. Et elle vint et se prosterna, en disant : Seigneur, aide-moi. Il lui répondit : Il n’est pas juste de prendre le pain des enfants, pour le jeter aux petits chiens. Mais elle dit : Il est vrai, Seigneur ; cependant les petits chiens mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. Alors Jésus, répondant, lui dit : O femme, ta foi est grande ; qu’il te soit fait comme tu le désires. Et à cette heure même sa fille fut guérie.
Matthieu 15:22‭-‬28
icon-2967800_1280Jésus (quand Il était sur terre)  est clairement envoyé pour le peuple d’Israël. C’est écrit,  c’est sa mission officielle. S’Il s’occupait d’autre chose que cela, Jésus ne trouvait pas cela juste. Alors, Il reste sur sa mission et semble ignorer complètement cette maman en détresse. Mais par l’insistance de cette femme, Jésus accepte de faire un miracle « hors des clous » pour cette brebis qui n’est pas d’Israël. Jésus aurait dû rester sur sa mission, mais Il a fait une dérogation. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Jésus aurait dû se laver soigneusement les mains avant de manger, Il aurait dû se reposer au lieu de «travailler» le jour du sabbat, Il aurait dû rester avec des gens de bonnes fréquentations… Il y a plein de choses que Jésus aurait dû faire pour obéir à la tradition des anciens, qui faisait office de « Loi en pratique » pour les Juifs de l’époque. Et pourtant, il ne s’est pas contenté d’être réglo sur des commandements humains … Il a agi selon le cœur du Père. Malgré cette apparente «opposition», Jésus n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir.
Le Seigneur dit: «*Ce peuple s’approche de moi, il m’honore de la bouche et des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi et la crainte qu’il a de moi n’est qu’un commandement humain, une leçon apprise.
Esaïe 29:13

Vrai un jour, vrai toujours ?

robot-2868594_1920Mon « ministère », mon « appel », ou tout simplement la façon dont Dieu veut que je mène ma vie ici bas dans les détails … tout ça, c’est super important. Ce que Dieu me demande sur ma vie personnelle, je veux y obéir et je dois y obéir. Et il est effectivement juste de s’y consacrer. Mais c’est parfois rassurant aussi de s’enfermer dans nos convictions : « Dieu m’a dit ça un jour, donc Dieu me dit ça toujours ». Non pas que Dieu ait changé. Il est le même. Mais, il y a une infinité de paramètres autres qui changent : notre situation personnelle, notre maturité, l’état de notre relation avec Dieu … Finalement, on ne se fixe pas les règles du jeu une fois pour toute pour agir comme des robots. Nous ne sommes pas des robots. Et Dieu n’est pas un robot.
Dieu est saint et n’aurait jamais jamais jamais (oui, j’insiste) dû être au contact avec le péché … mais Il s’est quand même fait homme pour nous sauver parce qu’Il est amour. Les chrétiens aiment dire qu’ils n’ont pas une «religion» mais une «relation». Une relation, c’est considérer qui Dieu est : ce qu’Il dit dans sa Parole est important, mais ne pas apprendre à Le connaître Lui vraiment, c’est passer loin de son cœur sans vraiment comprendre ce qu’il y a de Lui en nous.
Ce jour-là, vous saurez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi et moi en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime; celui qui m’aime sera aimé de mon Père et moi aussi, je l’aimerai et je me ferai connaître à lui.»
Jean 14:20‭-‬21

5 réflexions au sujet de « Ce que Jésus aurait dû faire… »

    1. Oui, vraiment gloire à Dieu, je ne suis pas une personne exceptionnelle mais Dieu nous fait la grâce à chacun de nous utiliser à sa façon. Si cela peut vous encourager, remercions le Seigneur, mais surtout soyons attentif à sa voix. Gloire au Créateur, et non aux créatures.
      Que Dieu vous bénisse !

Laisser un commentaire