Parents chrétiens cherchent temps pour Dieu … désespérément !

Aujourd’hui, un petit message spécial pour tous les jeunes ou futurs parents. Je ne suis pas une vieille maman ou une de ces femmes âgées dont parle Tite dans sa lettre. Mais je pense que beaucoup se reconnaîtront dans ces quelques mots…
Avant la naissance de notre 1er enfant, je savourais mon « petit moment » tranquille que je prenais quotidiennement avec mon Dieu. Aucune contrainte si je voulais me lever tôt et méditer, prendre ma grosse Bible papier et écrire mes réflexions sur mon joli cahier … Mais la naissance a « quelque peu » chamboulé mon rythme. Et pas que mon rythme, d’ailleurs ! Un bébé qui ne dort pas beaucoup, qui ne supporte pas de rester sur place et qui veut encore moins qu’on le pose … Autant dire que je grapillais chaque minute disponible pour m’asseoir, me reposer, dormir, assurer mes besoins de premières nécessités 😅 … Avec de telles conditions, comment rester « connectée » à mon Dieu ? Mission impossible ?


J’avoue que la situation m’a frustrée. J’aspirais tellement à ce petit moment calme, qui n’arrivait jamais. Je voulais garder mon « petit rituel » qui m’était si cher mais il fallait me rendre à l’évidence, ce n’était plus possible. J’ai dû faire quelques aménagements. J’ai troqué ma grosse Bible pour une Bible audio, que je pouvais écouter à n’importe quel moment. Mon carnet s’est transformé en réflexions et prières orales alors que je marchais en portant mon fils. À l’époque, je pensais que ce serait juste une solution de contournement temporaire. Avec le recul, je vois vraiment la grandeur de Dieu et comment Il s’est servi de ces circonstances pour me bousculer un peu dans mon quotidien. Je cherchais du temps pour « ma vie spirituelle », et ce temps était en fait là, devant moi, alors que j’avais d’autres obligations. Un peu comme si Dieu me sortait de ma zone de confort pour me dire : « Écoute, j’ai d’autres choses prévues pour Toi dans mon Plan ». Cette période a aiguisé ma sensibilité à la voix de Dieu. Le fait d’écouter la Bible, et rien que la Bible, y est pour beaucoup. C’était un peu comme revenir au lait pur de la Parole. Ça a été un vrai rafraîchissement dans ma vie. 
Même si j’étudiais ”déjà » sérieusement la Bible, j’avais laissé beaucoup de choses annexes interférer avec mes réflexions. Je me sentais certes « édifiée » mais j’avais un peu perdu l’essence même de la Parole. Il fallait avouer que mon esprit était devenu un peu fainéant, avec très peu de remise en question de ce que je lisais par ailleurs. Comme de la purée que je mangeais sans exercer mes belles dents. Exerce-toi à la piété, disait-Il… et moi, j’avais pris l’habitude de suivre des plans de lecture décousus, et prendre mon petit verset sous le bras pour affronter la journée. Et là, un peu malgré moi, j’étais « obligée » d’écouter la Bible, livre par livre, chapitre par chapitre. Et là, tu te rends compte que tu étais passé à côté d’un sens plus profond, que représente le contexte. C’est différent d’étudier un verset et ce qu’il veut dire, et de lire un livre de la Bible en entier et de comprendre comment il est articulé. C’est différent de lire un livre et de comprendre le fil rouge qui parcourt l’ensemble de la Bible. Malheureusement, on passe à côté de nombreuses facettes de Dieu simplement parce qu’on préfère lire nos passages préférés…


Devenir parents, ça change la vie. Pas seulement au niveau organisationnelle. Toutes les sphères de ta vie sont impactées par ce petit être que Dieu t’a confié. Si mon « lieu secret » avec le Père a été chamboulé, ma vie d’Eglise l’a été également. Vous savez, dans ces moments où tout le monde profite d’un « temps fort » dans la présence de Dieu. Où tout le monde peut prendre le temps de chanter, louer, prier, en toute liberté. Oui, ces moments où tu es, toi, dans le fond de l’église, ou même dans la salle annexe, pour éviter que ton bébé ne dérange tout le monde. Frustrant, non ? Oui, j’étais frustrée au début. Aujourd’hui encore, cela m’arrive parfois de sentir une petite vague d’amertume monter lorsque je me promène avec notre petit dernier pendant que les adultes font des « choses sérieuses ». Ça m’arrive, mais ça s’efface assez rapidement. Parce que garder un enfant, changer une couche, passer du temps avec les plus petits … tout ça, ça n’a pas moins de valeur que les ministères plus « visibles ». Ce n’est pas toujours facile, on aimerait tant vraiment faire tout « de bon cœur, comme pour le Seigneur », mais parfois, ça nous coûte. Mais je suis convaincue que ce qui est semé aujourd’hui n’est pas en vain. Il y a un temps pour toute chose sous le soleil. Et je ne veux pas culpabiliser ceux qui font appel à Mamie, Tatie, Nounou ou quelqu’autre mode de garde pour bébé pendant qu’ils ont d’autres priorités. Les parents sont différents. Les enfants sont différents. Même au sein d’une même fratrie. Accepter de l’aide n’est pas synonyme d’être de mauvais parents, je crois que rien n’est systématique. Nous concernant, pouvoir accueillir bébé et l’entourer dans ses premiers mois (et années…) a été un vrai choix de vie … Et finalement, c’est aussi comme ça que moi-même j’ai « grandi ». Mon Dieu, qui me connait si bien, savait parfaitement comment s’y prendre avec moi ♥️. Il savait à quel point je comptais encore beaucoup sur ce que je savais faire, à quel point j’avais encore et toujours besoin de contrôler ma vie. Ne plus pouvoir tout gérer, c’était me pousser dans mes retranchements. Me forcer la main pour qu’enfin je lâche prise. Quand je vois combien ma relation avec le Père s’est enrichie suite à cette période, je suis juste émerveillée. Et quand je vois la relation qui se construit aussi avec nos enfants, j’oublie vite les méandres de ma vie de maman et je suis juste reconnaissante de tout ce temps que Dieu m’accorde avec eux. Il fait tout à merveille.


Alors à tous mes frères et sœurs qui passent par ces moments-là, prenez courage ! Je crois sincèrement que vous investissez dans les choses éternelles, et que, même si les fruits peuvent mettre du temps à pousser, Dieu est Fidèle et voit nos cœurs. Prenons garde également, à ne pas faire de la parentalité notre nouvelle idole : oui, Dieu nous confie une mission, un ministère particulier en tant que parents, mais comme tout ministère, l’orgueil est tapi à la porte, et on est vite rattrapé par le regard des autres, le besoin de performance. Comme dans toutes les sphères de nos vies, je crois que l’écoute est de mise, ainsi que notre authenticité devant Dieu et devant les hommes. Parfois, tout ira bien. Parfois, on sera à bout. Dans tous les cas, présentons-nous devant Dieu avec toute notre joie d’y arriver ou avec toutes nos faiblesses (et la joie de l’Éternel sera notre force …). Enfin, gardons les yeux fixés sur l’objectif, faire de toutes les nations des disciples, faire de nos enfants des disciples, en étant témoins du Seigneur dans nos foyers, là où Dieu nous a placés, et en continuant à prier avec ferveur le Seul qui peut toucher les cœurs, et faire pousser ce qui aura été semé.

2 réflexions au sujet de « Parents chrétiens cherchent temps pour Dieu … désespérément ! »

  1. Merci pour ce partage Ella ! C’est mon quotidien en ce moment, trouver du temps et adapter ma « routine » spirituelle en fonction de l’évolution de mon dernier (bientôt 4 mois). Je me rappelle que pour mon premier c’est une tablette qui m’a beaucoup aidé ! Elle me permettait de lire la Bible via une application sans avoir à rallumer la lumière le soir quand enfin mon bébé s’était endormi 🙂
    En tout cas toujours un plaisir de te lire !

    1. Ludivine, ça me fait plaisir de te voir par ici 🙂. Avoir des enfants, c’est un sacré changement mais je vois que tu as su toi aussi t’adapter 👍. Sois encouragée dans tout ce que tu entreprends, l’Éternel renouvelle nos forces !

Les commentaires sont fermés.